La relance du tourisme après le COVID-19

Le tourisme constitue le secteur de production le plus touché par la crise du COVID-19 : les pertes constatées se chiffrent à 1.300 milliards USD. Même un an après le début de la crise, les vols internationaux sont en baisse de 1 milliard. Les recettes d’exportation ont également été touchées.

L’importance du secteur du tourisme

La crise économique de 2009 a considérablement touché le monde entier sans pour autant dépasser les dommages causés par le COVID-19. Cette situation a entraîné le chômage d’environ 100 à 120 millions d’employés travaillant dans le secteur du tourisme. Les plus concernés sont les PME. Les pays en développement connaissent les pires situations en la matière. Le tourisme demeure une des principales sources de devises étrangères et apporte sa part dans les chaînes d’approvisionnement. Les entreprises locales ont à y gagner et des milliers d’emplois sont créés pour les femmes et les jeunes.

Les mesures prises par les entités relatives

Le secteur du tourisme fait également partie du levier de développement. Il participe à l’amélioration de la productivité. Les activités regroupées dans ce domaine contribuent à créer des richesses en plus de la préservation des richesses naturelles et culturelles d’un endroit déterminé. L’Organisation Mondiale du Commerce a déjà initié des actions relatives à la relance de l’économie basée sur le tourisme. Des mesures ont été prises à la suite de la crise comme l’amélioration de la confiance des touristes, l’évolution du marché touristique et l’amélioration des secteurs les plus innovants.

Des solutions à appliquer

Le but de la relance du secteur du tourisme est de pérenniser et d’instaurer la durabilité des infrastructures et des revenus générés. Le Groupe de la Banque Mondiale a misé sur le développement vert. Le professionnalisme du secteur a également été avancé par les spécialistes en la matière. La protection des espèces naturelles à travers les partenariats public-privé et la préservation de l’environnement font partie des solutions à envisager. Le changement climatique et les différentes crises ont leur impact sur la nature et les populations, d’où une gestion des risques et des investissements dans le tourisme.